Plume d'Art

quelques mots sur l'art au bout d'une plume !

  • plumed'art

La cour d'honneur, la cour royale et la cour de marbre du château de Versailles

Pour ce deuxième article consacré au château de Versailles, j'ai choisi de vous parler d'un endroit discret, qui attire peu les regards, surtout si vous avancez d'un pas pressé vers les premières salles du château. Pourtant, même si l'étendu du domaine est telle qu'on a bien envie d'aller à l'essentiel, il serait dommage de passer à côté de ces trois espaces que sont la cour d'honneur, la cour royale et la cour de marbre du château de Versailles.





château de Versailles, cour d'honneur, cour royale, cour de marbre, place d'Armes, Louis XIV
L'enfilade des trois cours au XVIIIe siècle



Une organisation de trois cours en enfilade


La château de Versailles, bien visible depuis l'extérieur du domaine, occupe un espace important au coeur de la ville du même nom. Avant même de pénétrer dans l'enceinte du domaine, on est déjà dans l'ambiance et ce n'est pas étonnant. La ville entière a été conçue sur la volonté du roi Louis XIV, à l'époque de la construction du château. Ainsi, son plan initial s'articule autour de la place d'Armes, première porte d'accès vers le domaine. Elle est située juste devant le château et est desservie par trois larges avenues, aujourd'hui axes de circulation majeurs de la ville. Elle est très facilement identifiable par son emplacement, mais aussi grâce à la grande statue équestre de Louis XIV qui orne son centre.


C'est depuis cette place d'Armes qu'on accède à l'entrée du château. De l'autre côté des grilles se trouve la première d'une série de trois cours qui orientent le visiteur de l'extérieur jusqu'au palais. Chacun de ces espaces rapproche toujours un peu plus du château et donc du monarque.



La cour d'honneur


La cour d'honneur est le premier espace à accueillir le visiteur. C'est la plus vaste des trois cours dont je vais vous parler. En effet, comme vous le constaterez sur place, plus vous progressez, plus les dimensions des cours se réduisent.


Elle est fermée par une grille et entourée par deux dépendances du château, les ailes des Ministres. La construction de ces deux bâtiments remonte à 1679, les plans ayant été conçus par Jules Hardouin-Mansart. Ils reprennent le style architectural du pavillon de chasse de Louis XIII avec leur toiture en ardoise et leurs façades en pierre parées de briques. C'est dans ces bâtiments que logeaient les ministres et secrétaires d'Etat de la monarchie.


Après avoir dépassé les ailes des Ministres, vous tomberez sur une nouvelle grille, la grille royale. Ses ferronneries et dorures rutilantes vous indiquent que vous vous rapprochez de plus en plus du château. On ne franchit pas un tel portail sans y avoir été invité !



La cour royale et sa grille




Comme les ailes des Ministres, cette grille qui marque l'entrée dans la cour royale, a été dessinée par le premier architecte du roi, Mansart. Toutefois, elle a été en partie démontée sous le règne de Louis XV pour laisser sa place à de nouveaux bâtiments, et même remplacée par une simple palissade. Ce n'est qu'en 2008 qu'une nouvelle grille est réinstallée entre le pavillon Dufour et l'aile Gabriel, nous permettant ainsi de revivre le parcours progressif vers le palais tel que l'avait imaginé Louis XIV.


Cette reconstitution a été fortement décriée par de nombreux historiens de l'art, qui ont estimé qu'elle était inutilement couteuse et historiquement inexacte, dans la mesure où l'on n'avait pas tenu compte du dernier état connu de la grille au moment de sa reconstruction (voir cet article de la Tribune de l'Art). Ces reconstructions et restaurations sont toujours des sujets sensibles qui font l'objet de beaucoup de débats. En son temps, Eugène Viollet-Leduc suscitait déjà des controverses pour les modifications et ajouts apportés à certains monuments, dont la cathédrale Notre-Dame de Paris, cette même cathédrale dont la restauration après l'incendie de 2019 est un sujet de craintes pour les associations de protection du patrimoine. La flèche que l'on critiquait hier est encensée aujourd'hui. Un débat loin d'être terminé !



La cour royale accueille l'aile Gabriel, édifice dessiné par Ange-Jacques Gabriel, architecte favori de Louis XV à qui l'on doit aussi le Petit Trianon. Le pavillon Dufour qui lui fait face n'a été construit que bien plus tard encore, au XIXe siècle sous la Restauration. Avec leur style néoclassique, ils sont en rupture totale avec les ailes des Ministres et le palais primitif et témoignent du chantier permanent qu'était Versailles depuis l'arrivée au pouvoir de Louis XIV.



La cour de marbre


La cour de marbre est la cour du château primitif occupé par Louis XIII. Elle est pavée de carreaux de marbre blanc et noir provenant du château de Vaux-Le-Vicomte, selon le souhait de son successeur Louis XIV.


A cet endroit, on se trouve ainsi au coeur de Versailles. Le corps de bâtiment en U qui entoure cette cour a conservé, tout comme les ailes des Ministres, le style de l'ancien pavillon de chasse. Les façades sont richement décorées, ornées de bas-reliefs sculptés et de statues représentant des notamment des empereurs romains. La toiture en ardoise aux combles brisés "à la Mansart" est parée de dorures.



La cour de marbre est séparée de la cour royale non pas par une grille mais par cinq marches. Ses dimensions modestes en font un espace plus intime que les cours précédentes. Et de n'est pas peu dire, puisqu'elle se situe au pied de la chambre du roi ( au premier étage au niveau du balcon et des fenêtres en plein cintre).



Si vous l'avez raté, voici un lien vers mon premier article, qui était consacré au hameau de la reine bâtie sous le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette.


Pour ne rien manquer de mes prochains articles, suivez-moi sur Instagram (lien en bas de page).


A bientôt sur www.plumedart.com !











52 vues0 commentaire